La terre de glace et de feu

par | Oct 23, 2016 | voyages

Texte par Brigitte Mentges
Traduction et adaption vers le Français : Roberto Nieto
Photos par Tatiana Philitchenko

À une centaine de kilomètres au sud du cercle polaire se trouve la terre de glace et de feu immortalisée dans la très populaire saga télévisée Game of Thrones. Nous avons suivi la piste de Jon Snow et des tribus sauvages dans des régions recouvertes de glace et de volcans et nous sommes sortis des sentiers battus pour observer les macareux dans leurs nids sur le bord des falaises. Nous avons vu l’éclosion d’hirondelles de mer arctiques dans le refuge d’un biologiste et nous sommes allés vers des villages isolés pour observer des courses de chevaux. À Höfn, la capitale islandaise du homard, nous avons savouré de délicieuses langoustes et nous avons exploré l’excitante insouciance de la vie nocturne de Reykjavik. L’Islande, cette terre aussi incongrue que la glace et le feu qui l’ont façonnée il y a des millions d’années, a tenu promesse.

Cool. C’est le mot qui est actuellement le plus fréquemment utilisé pour décrire l’Islande. Le pays est actuellement considéré comme étant un point de convergence pour les jeunes à la recherche des dernières tendances, pour les hipsters, et pour d’autres globe-trotteurs aux styles élégants, attirés par ses nombreux festivals, sa vie nocturne animée et sa scène artistique en constante ébullition. Des restaurants au goût du jour donnent le ton, intégrant une tradition d’innovation culinaire qui repose sur des ingrédients islandais à l’état pur, dans des espaces architecturaux où l’ambiance est composée d’un savant mélange de verre, de bois, de pierre et de métal.

Le soleil de minuit y est célébré par des milliers de fêtards de tous les coins de la planète lors du festival d’été Secret Solstice où des raves se tiennent dans la clarté permanente des nuits blanches. Des espaces de concerts uniques, comme l’intérieur de la chambre magmatique d’un volcan ou encore l’intérieur d’un glacier, ont propulsé le festival dans le palmarès des dix meilleurs au monde selon la BBC et le New York Times. Mais nombreux aussi sont les amateurs du Festival de musique d’avant-garde Sonar Electric, ou encore du festival Islandais extrêmement branché Iceland Airwaves, des festivals culinaires, artistiques ou de dance qui ont attiré au pays plus d’un million de touristes au cours des dernières années. L’Islande présente clairement des attraits de premier ordre pour les gens qui définissent les tendances.

Pourtant, malgré tout le faste et les étincelles, les islandais restent très en contact avec la nature et elle leur a été très généreuse. L’eau pure et cristalline de ses nombreuses rivières et chutes est canalisée directement dans les maisons, tout comme l’eau chaude des geysers. Des sources géothermales servent même à fournir des eaux chaudes pour chauffer les trottoirs, une idée ingénieuse qui optimise le déblaiement de la neige. Les réserves de poissons sont abondantes et les espaces ruraux sont d’une verdure exubérante très propice aux pâturages où se retrouvent des espèces indigènes de brebis et, bien sûr, les petits chevaux robustes islandais très uniques, avec leur démarche particulière, rapide et tellement douce qu’elle semble provenir d’une mécanique sans faille. Les sources thermales sont des temples de loisirs où les gens peuvent se baigner dans des eaux aux couleurs bleu clair, intenses et éclatantes, qui défient les classifications des tonalités du bleu. Des teintes de couleur qui n’existent pas… À moins qu’elles existent, mais qu’il soit nécessaire de se rendre en Islande pour comprendre ce qu’est véritablement le bleu!

Pourtant, les mêmes éléments crus et à l’état sauvage de la nature qu’offrent les trésors dont est béni le pays peuvent se retourner soudainement et de façon imprévue contre lui, comme les Vikings qui ont ravagé l’île il y a douze siècles. Ce sont les éléments qui font que la terre tremble, que les volcans lancent leurs cendres et leur feu, comme le montre la récente éruption du volcan Eyjafjallajökull en 2010 qui a envoyé une épaisse couverture de lave sur le pays tout en perturbant pour plusieurs jours le trafic aérien.

Les Islandais sont très conscients du pouvoir de la nature. Peut-être que c’est cet amour profond, le respect et la peur de son pouvoir destructeur, qui pousse de nombreux Islandais à maintenir leur croyance aux elfes. Connus comme le peuple caché, ou les huldufólk sous leur appellation islandaise, ce ne sont pas les créatures vertes aux oreilles pointues des films. Selon les légendes islandaises, ce sont plutôt des gens invisibles qui nous ressemblent et qui marchent parmi nous comme des esprits. Ils vivent dans des pierres, dans des roches, dans des champs de lave et protègent ce territoire rude et austère. Ils peuvent être rusés ou espiègles. Ils peuvent aussi être doux et attentionnés. Ils peuvent déchaîner de grands désastres ou être des bienfaiteurs d’une façon qui ressemble beaucoup aux puissantes forces de la nature qui ont façonné cette île de glace et de feu, cette nature grandiose qui retient tout le monde dans ses interdits.

Plus de photos

La plupart de ces photos, sont dans la section Islande